A la une :

Un éclairage public économe

La petite ville de Préfailles test un nouveau concept d'éclairage public

Des légumes gratis !

Dans la commune de Saint Jean de Valeriscle, des passionnés cultivent des légumes bénévolement

La première station service de Biogaz

Des camions roulent au biogaz produit par les dechets organiques de la commune...

Une étiquette-énergie plus que laxiste

Des constructeurs qui se notent, une marge d'erreur importante, des consommations sous estimées, enquête sur une notation plutôt laxiste

Pangas et saumons : Elevage en eaux troubles

Comment les élevages intensifs de saumons et de pangas intoxiquent les consommateurs

Des éoliennes encore plus performantes

La société Modec développe un prototype d’éolienne flottante hybride

Le scandale du cuir et du Bycast au Bangladesh

Le reportage d’Envoyé spécial sur ce scandale sanitaire et environnemental.

mardi 24 octobre 2006

La mascarade EPR

L'étau se resserre autour d'Areva. A la veille du voyage officiel de Jacques Chirac en Chine, partant pour promouvoir le nucléaire français, la déroute du « flambeau » technologique national EPR se confirme jour après jour, et l'espoir de conquérir le marché chinois semble réduit à peau de chagrin. Pour Greenpeace, ces revers importants font la transparence sur l'imposture que représente le réacteur nucléaire EPR, l'abandon du projet à Flamanville paraissant désormais inéluctable.
On ne compte plus effectivement les défaillances à répétition sur le chantier de construction finlandais de ce nouveau réacteur, bradé à la Finlande pour 3 milliards d'euros, et qui, après un an de travaux accuse un an de retard sur l'agenda. Areva pourrait ainsi perdre plus d'un milliard d'euros selon des dernières sources sur sa première vente.
Le chantier, basé à Olkiluoto connaît de plus, des nouveaux problèmes ces derniers jours : des canalisations du circuit de refroidissement fabriquées en France par Le Creusot ne répondent pas aux spécifications demandées pour les contrôles qualité, et il serait sérieusement envisagé de les fabriquer de nouveau ! Le piédestal nucléaire vacille d'autant plus aujourd'hui, que ce projet EPR s'avèrerait moins sûr et moins performant que prévu selon les propres dires du groupe Areva lui-même. En s'alliant avec le constructeur japonais Mitsubishi Heavy Industries sur la mise au point d'un autre réacteur de génération 3 de puissance plus faible, Areva désavoue clairement la viabilité de son prototype EPR. Selon Anne Lauvergeon, le nouveau réacteur serait plus adapté à la demande des marchés américain et asiatique, et il serait plus sûr, en résistant à l'impact éventuel d'un crash d'avion…
Des propos qui laissent songeur pour l'avenir que nous propose Areva avec le chantier EPR de Flamanville. Frédéric Marillier, chargé de campagne Energie pour Greenpeace France s'en inquiète : « Depuis 3 ans on nous dit que l'EPR est le réacteur de l'avenir, plus sûr, plus économique, voué à un succès international, et qu' il faut en faire un prototype en France. Et maintenant, alors que le chantier finlandais est un désastre, la Présidente d'Areva elle-même, nous explique qu'il faut développer un autre réacteur qui sera plus sûr et plus adapté à la demande internationale. On se moque de qui ? Il nous semble évident que le projet EPR français doit être stoppé immédiatement. »

Aucun commentaire: