A la une :

L'habitat du futur

Quel sera l'habitat de demain ? Nomade, modulable, à énergie positive ? Futur Mag s'intéresse à la maison du futur

Pesticides = Homicide ?

Explosion des cancers infantiles, autisme, malformations, leucémie, troubles hormonaux...Les pesticides menacent notre santé et celle de nos enfants

Pangas et saumons : Elevage en eaux troubles

Comment les élevages intensifs de saumons et de pangas intoxiquent les consommateurs

E171 des Nanoparticules à volonté !

Des nanoparticules dans notre alimentation, un nouveau scandale sanitaire ?

Son nom est "Green"

Le documentaire sur la déforestation qui vous fera passer l'envie de manger du Nutella

Internet la pollution cachée

L'impact des datacenters et des "Clouds" sur la pollution de l'air

"Pour un monde durable sur Facebook

Retrouvez toute l'actualité de notre blog sur notre page Facebook

Construire sur l'eau

Comment tirer parti de la montée des océans en prevoyant de construire sur l'eau...

Le scandale du cuir et du Bycast au Bangladesh

Le reportage d’Envoyé spécial sur ce scandale sanitaire et environnemental.

mercredi 25 avril 2007

Le nucléaire n'est pas la solution contre le changement climatique

L'énergie nucléaire n'est pas susceptible de jouer un rôle important à court terme contre le changement climatique ou pour renforcer la sécurité énergétique des USA, selon un rapport spécifique du Conseil des relations extérieures (*) publié le 18 avril 2007. Le rapport, dirigé par Charles Ferguson, conseiller pour la science et la technologie, indique qu'il est impossible de réunir les conditions nécessaires à une expansion rapide du nucléaire de façon à influer sur le changement climatique. Les USA comptent actuellement 103 réacteurs nucléaires. "Même en augmentant de 20 ans leur durée de vie, tous les réacteurs actuels seront fermés vers le milieu du siècle" précise le Conseil dans un dossier de presse. Selon le rapport, pour simplement remplacer le parc actuel, les USA devraient construire un réacteur tous les 4 ou 5 mois pendant les 40 prochaines années. Pour cette simple raison, l'énergie nucléaire restera une option marginale au moins pour les 50 prochaines années.
Une bonne raison de plus pour investir massivement dans les énergies renouvelables !

(*) Le conseil des relations extérieures (ou CFR, «Council on Foreign Relations») est un "think tank" américain, ayant pour but d'analyser la situation politique mondiale et de conseiller le gouvernement des États-Unis en matière de politique étrangère. Fondé en 1921, il est composé d'environ 4000 membres (4257 en 2004) issus du milieu des affaires, de l'économie et de la politique.

Source : www.platts.com

6 commentaires:

exeworld a dit…

Merci pour cet article :)
Plus on sera à s'opposer au nucléaire, qui est inutile et couteux, plus nous serons entendus !

exeworld a dit…

Bonjour,
bravo pour ce blog, plus on sera noubreux a resister aux OGM, au nucléaire, et contre les firmes qui polluent le monde durablement, plus nous serons entendus !

Vincent a dit…

Moi aussi j'etais par principe opposé au nucléaire, mais je vous conseille de lire le dernier livre de James Lovelock, ecologiste très renommé, qui s'appelle "la revanche de gaia". son point de vue sur le nucléaire est très intéressant. histoire de nous faire reflechir. merci pour ce blog, merci infiniment

exeworld a dit…

j'ajoute : www.negawatt.org ou cherche Negawatt dans Google, c'est la preuve que le nucléaire c'est une ineptie !

Vincent BRYANT a dit…

Le nucléaire est en effet tout sauf "la solution contre le réchauffement de la planète". Et je rejoins pleinement le fait que le nucléaire ne règle en rien aujourd'hui - entre autres - les problèmes de transport, d'élevage, d'incinération. Mais dans le domaine très spécifique de la production d'Electricité, il faut néanmoins avouer que ce dernier a une utilité. Et si on se penche un peu sur ce sujet on se rend compte qu'au regard du temps qui nous est imparti pour changer les choses en termes de climat (cf les synthèses des 3 groupes de travail du GIEC en 2007) - i.e. quelques décennies - A DYNAMIQUE DE CONSOMMATION CONSTANTE (i.e. + 2% par an en général, et même à consommation constante) les EnR et leur développement ne suffiront pas sans avoir besoin de recourir à des modes de production à base fossile. Par ailleurs en terme d'efficacité énergétique carbocentrée, il est plus intéressant d'investir 1 euro dans la rénovation de bâti existant que dans une éolienne.

Je crois personnellement que l'acceptabilité de la population de consommateurs que nous sommes est limitée et comme il n'existe aujourd'hui aucune solution ou aucun scénario tangibles et crédibles qui promettent la baisse des émissions de GES couplée à une baisse (jusqu'à fermeture) du parc nucléaire actuel sans augmenter les émissions de GES sectoriellement ; il m'apparaît comme nécessaire de conserver ce nucléaire comme palliatif nécessaire jusqu'à des "jours meilleurs".

Pour autant, grand défenseur des économies d'énergie, de la baisse de consommation (gaspillages et rationalisations des usages), et de l'efficacité énergétique, je ne crois pas que le développement à tout va de cette filière soit la priorité (technologie EPR par exemple).

Ce qui est certain néanmoins, c'est que nos comportements d'occidentaux ne sont pas durables pour le système Terre, avec ou sans EnR. Pourquoi ? car la part d'énergie disponible aux Humains est proportionnelle à leur pression sur le système Terre (en termes d'espace, de ressources, de déchets, etc). Je doute sincèrement par conséquent des discours déresponsabilisant des pro-nucléaires, ou ceux des pro-EnR/anti-nucléaire. Je crois profondément à un équilibre entre les 2 du curseur de la réalité.

Mais les choses doivent se faire rapidement ET graduellement au risque de faire exploser le vernis démocratique de nos nations. L'enjeu urgentissime étant le changement climatique, le nucléaire apparaît comme nécessaire encore quelques décennies.

Anonyme a dit…

Mais allez, STOP A L'INDIFFERENCE ! Le nucleaire est le produit qui rapporte le plus en France avec l'exportation ! Comment voulez-vous avoir assez d'energie pour pouvoir alimenter rien que la France, sans le nucléaire, on vivrait dans le noir !