A la une :

L'habitat du futur

Quel sera l'habitat de demain ? Nomade, modulable, à énergie positive ? Futur Mag s'intéresse à la maison du futur

Pesticides = Homicide ?

Explosion des cancers infantiles, autisme, malformations, leucémie, troubles hormonaux...Les pesticides menacent notre santé et celle de nos enfants

Pangas et saumons : Elevage en eaux troubles

Comment les élevages intensifs de saumons et de pangas intoxiquent les consommateurs

E171 des Nanoparticules à volonté !

Des nanoparticules dans notre alimentation, un nouveau scandale sanitaire ?

Son nom est "Green"

Le documentaire sur la déforestation qui vous fera passer l'envie de manger du Nutella

Internet la pollution cachée

L'impact des datacenters et des "Clouds" sur la pollution de l'air

"Pour un monde durable sur Facebook

Retrouvez toute l'actualité de notre blog sur notre page Facebook

Construire sur l'eau

Comment tirer parti de la montée des océans en prevoyant de construire sur l'eau...

Le scandale du cuir et du Bycast au Bangladesh

Le reportage d’Envoyé spécial sur ce scandale sanitaire et environnemental.

lundi 7 mai 2007

Histoire de Fraises...

Vous n'avez pas pu la rater, la fraise d'Espagne. Bien rouge, bien ronde, bien calibrée, autant de goût qu'un fruit en plâtre. Elle se « fabrique » dans le sud de l'Espagne, sur 5 000 hectares où s affairent des centaines d'ouvriers agricoles sous-payés venus du Maghreb et d'Europe de l'Est (voir le film We Feed the World", p. 6). On l'enferme sous des kilomètres de tunnels en plastique, on la bourre d'engrais et on l'asperge d'insecticides et de fongicides. Tous les jours, 400 tonnes de fraises espagnoles prennent la route des supermarchés français. Une juteuse affaire pour les centrales d'achats qui déboursent 1,5 euro le kilo contre 2 pour la fraise française.

Le Hic : elle constitue un fléau écologique, d'après la branche espagnole du fonds mondial pour nature (WWF). Tout autour du parc national de Donana où poussent 95 % des fraises ibériques, l'irrigation intensive a pompé la moitié des nappes phréatiques, dont l'eau est désormais bourrée de nitrates. Qui plus est, 110 hectares, sur 2 000 cultivés illégalement, empiètent sur le parc naturel. Autre joyeuseté : chaque année, 4 500 tonnes de résidus plastiques sont éparpillées dans la nature.
Fraise sur le gâteau, WWF a détecté dans l'eau, l'air et le sol du bromure de méthyle, un pesticide interdit par l'Union européenne notamment parce qu il détruit la couche d'ozone. Alors, on se pose la question : qu'est-ce que ça donne dans l'assiette ? Et là, on tombe du Fraisier : en 2005, la Répression des fraudes s'est contentée, toutes origines confondues, d'analyser... 112 échantillons de fraises seulement ! Pour y trouver à peine 24 % de barquettes sans traces de pesticides, et 16 % au-dessus des limites autorisées. Olé !

Le canard enchaîné, le 2 mai 2007

4 commentaires:

exeworld a dit…

Coucou,
bravo pour cet article.
J'ajoute que acheter des pommes ou fraises qui ne viennent pas de ta région, C'EST MAL.
L'agriculture de proximité, évite le transport par camion/avion, et encore mieux, l'agriculture bio est le must, vous ne faites aucun mal à la planète, et de plus vous n'avalez pas de pesticides qui tout d'abord, réduirons votre fertilité et qui ensuite vous détruirons la santé.
Le nombre de cancers en augmentation n'est pas du au hasard, je crois que les raison c'est la pollution, et aussi le nucléaire, comme autours de la hague, ou le taux de leucemies est anormalement élevé.
Agissons !

Naturel a dit…

Après une longue hésitation, je me suis enfin inscrit dans une AMAP (mais bio. Elles ne le sont pas toutes). Les fraises sont succulentes ! Et quand je sais qu'elles ont poussées près de chez moi, ça me fait plaisir !

Anonyme a dit…

Un article à faire lire au maximum de personne autour de sois. Acheter ces fraises s'est encourager leurs productions !!!

Anonyme a dit…

salut
en effet excellent article.
j'en profite pour felicité ce site qui m'a appris des choses.
l'avenir est devant nous, notre solution : la communication d'information et l'education...
ensemble, nous pouvons changer le monde
Vincent